Jeune cinéaste, Audrey GORDON prend pour héroïne une débutante, une jeune journaliste qui débarque à la rédaction de France 2 à l’automne 2017. Le futur Président de la République vient de quitter le gouvernement, lance sa campagne électorale et Nathalie SAINT-CRICQ, cheffe du service politique, envoie la débutante suivre le débutant. Et la cinéaste suit la débutante, qui est une amie, connue sur les bancs de Sciences Po.

Le film, qui suit la trace du lointain 1974, Une partie de campagne de Raymond DEPARDON, ne peut pas être un documentaire sur le futur président. Tout est verrouillé et bien peu de choses peuvent transpirer de l’intimité du candidat. Il s’agit bien de suivre la journaliste, qui tourne autour de son sujet, l’approche de temps en temps (étonnante question directe et stendhalienne pour leur seul échange direct filmé). Mais on voit la jeune femme se forger une déontologie (« ne jamais tutoyer les communicants du candidat… »), un savoir-faire (rapidité de réaction, choix des sujets, de la bonne place du reporter) et parcourir avec ses deux techniciens les routes de France au fur et à mesure des meetings, puis des débats télévisés, puis de la victoire finale. On apprend peu sur la politique. C’est une limite du film mais aussi son intérêt, le verrouillage étant certainement déjà un signe politique. Mais on apprend beaucoup sur l’actualité télévisée, telle qu’elle vécue par ses artisans et sur la vie de très jeunes professionnels. On fréquente aussi les bureaux de la chaîne, et ce qu’on y découvre est du plus grand intérêt.

Critique d’Yves ALION

Film documentaire français d’Audrey GORDON (2019), avec Astrid MEZMORIAN. 1h12