Love & Friendship de Whit STILLMAN

>>>Love & Friendship de Whit STILLMAN

 

Véritable dandy du 7e Art, Whit Stillman s’est fait remarquer à travers une série de films dans lesquels le raffinement le disputait à l’iconoclastie : Metropolitan (1990), Barcelona (1994) et Les Derniers Jours du disco (1996), avant de disparaître pendant une douzaine d’années et de revenir avec Damsels in distress (2011), un teen movie au titre narquois. C’est aujourd’hui au film d’époque que s’attaque le réalisateur new-yorkais avec Love & Friendship. Un tableau de mœurs inspiré d’une nouvelle de Jane Austen qui témoigne de sa culture et de son regard narquois, à travers les intrigues d’une aristocrate pour trouver un bon parti à sa fille, mais aussi à se recaser elle-même afin d’assurer ses vieux jours. Stillman profite de ce sujet traditionnel pour décortiquer les us et coutumes d’une société codifiée à l’extrême qu’il observe d’un œil délibérément moderne, quitte à admettre d’éventuels anachronismes dans le but de souligner la pérennité des motivations et des sentiments. Loin de filmer ce monde perdu comme un tableau, il instille çà et là de minuscules pointes d’insolence afin de mettre en évidence la prééminence de l’ambition sur la sincérité des sentiments dans un univers où tout n’est que vanité et où le paraître prime sur l’être. S’il est bien question d’amour et d’amitié dans Love & Friendship, l’usage ironique du “et” commercial souligne combien l’intérêt régente les relations humaines Whit Stillman y décape une époque au fond pas si différente de la nôtre.

Jean-Philippe GUERAND

Film irlando-français de Whit STILLMAN (2016), avec Kate BECKINSALE, Xavier SAMUEL, Chloë SEVIGNY. 1h 30.

2017-03-09T15:54:47+00:00 mercredi 22 juin 2016|Critiques Texte|