LE RETOUR DE MARY POPPINS de Rob MARSHALL

Quelle idée saugrenue que d’entreprendre la suite d’un classique du cinéma réalisé en… 1964 ! Les fées se sont pourtant penchées en nombre au-dessus de ce berceau. À la réalisation, Rob MARSHALL, l’un des rares experts contemporains de la comédie musicale. À l’écran, c’est Emily BLUNT à qui échoit la redoutable responsabilité de succéder à l’irremplaçable Julie ANDREWS. Là encore, c’est le bon choix. Comme celui de conserver l’écrin nostalgique de Londres sur fond de retombées de la crise de 29, écho lointain à la City d’aujourd’hui en proie aux sombres perspectives du Brexit. LE RETOUR DE MARY POPPINS a le bon goût de respecter le film originel en visant à la fois ses inconditionnels et leurs descendants. Il y a en effet comme un legs dans cette histoire d’un père méritant qui élève ses enfants avec le concours de sa sœur et d’une nounou surgie des cieux. Les numéros musicaux respectent à l’esprit et à la lettre les originaux, sans tenter de moderniser cette histoire immortelle. Seules concessions à l’air du temps : des apparitions clins d’œil de Meryl STREEP et de Colin FIRTH, ainsi que des caméos savoureux du nonagénaire Dick Van Dyke (le père de famille d’origine) et de la non moins immortelle Angela LANSBURY en marchande de ballons. Tout est fait pour plaire au plus grand nombre dans cette fantaisie de circonstance qui comblera les gardiens du temple et ralliera sans doute à sa cause une nouvelle génération. Nous avons tous quelque chose de Mary POPPINS au fond de notre cœur

Critique de Jean-Philippe GUERAND

Mary Poppins Returns. Film américain de Rob MARSHALL (2018), avec Emily BLUNT, Lin-Manuel MIRANDA, Ben WHISHAW. 2h11.