L’idéal de Frédéric BEIGBEDER

>>>L’idéal de Frédéric BEIGBEDER

 

Le second film de Frédéric Beigbeder a moins de traits communs avec son premier opus, L’amour dure trois ans, qu’avec le film que Jan Kounen avait adapté de l’un des romans, 99F. Parce que dans les deux cas, c’est le milieu de la pub qui est raillé avec ironie. De façon d’ailleurs plus féroce sur le papier que réellement à l’arrivée. Pour dénoncer le cynisme et les faux-semblants de ce monde de grande vacuité, notre homme emploie des moyens qui ne sont pas aux antipodes de ceux que ses cibles privilégient. Certaines images du film sont clairement de (très belles) images publicitaires. Que ce fils de pub contrôle parfaitement. Mais il faut reconnaître parallèlement que le dialogue fait mouche et que l’autodérision fonctionne parfaitement. Il n’y a aucune ambiguïté en la matière : le machisme répugnant de ceux qui considèrent les mannequins en devenir comme du bétail, l’arrivisme forcené de celles qui tiennent les rênes des entreprises de pub, le cynisme poseur de ceux qui ont tout su, tout vu, tout bu sont épinglés avec une rage égale. Et l’appui des Pussy Riots, le groupe punk, russe et féministe qui reste un véritable poil à gratter pour les tyrans de tous poils. Beigbeder s’est pour la seconde fois projeté dans un personnage qui a les traits de Gaspard Proust. Ce qui n’est sans doute pas un hasard : l’humour vachard de cette Formule 1 du one-man-show ne ferait pas tâche ici. 

Yves ALION

Film français de Frédéric BEIGBEDER (2016), avec Gaspard PROUST, Audrey FLEUROT, Annamaria VARTOLOMEI. 1h 30

2017-03-09T15:54:47+00:00 mercredi 15 juin 2016|Critiques Texte|