Jupiter, le destin de l’univers de Lana et Andy WACHOWSKY

>>>Jupiter, le destin de l’univers de Lana et Andy WACHOWSKY

Le récit de Jupiter : le Destin de l’univers reprend les fondamentaux de Matrix, le plus grand succès de ses réalisateurs : l’humanité y ignore qu’elle est l’esclave d’une puissance supérieure, qui se sert d’elle comme d’une banale ressource naturelle ; en replaçant par la science-fiction l’homme en bas de la pyramide alimentaire, les Wachowski livrent une nouvelle critique féroce des mécanismes de l’exploitation capitaliste (à moins que ce soit du stalinisme). Les horizons de Matrix et Jupiter différent pourtant grandement. Au premier, l’exploration d’un univers numérique déshumanisé, à l’architecture fonctionnelle. Au second, l’évocation des possibles du génome humain (voyez comment, dans le générique de fin, les galaxies prennent la forme d’une hélice d’ADN) et un univers visuel flamboyant, inspiré par la mésestimée deuxième trilogie Star Wars, avec ses planètes plantées de château Renaissance et peuplées d’improbables créatures. De la part de cinéastes aussi rigoureux que les Wachowski, Jupiter déçoit par ses faiblesses d’écriture, comme ce personnage de princesse de conte de fée (Cendrillon pour être exact) qui passe son temps à attendre d’être sauvée par son chevalier servant. Les réalisateurs n’ont par contre rien perdu de leur sens de la dérision, qui leur fait traiter en écho les dérèglements grotesques d’une famille humaine avec ceux, tragiques, d’une dynastie spatiale. 

Sylvain Angisboust

Jupiter ascending. Film américain de Lana et Andy Wachowsky, avec Channing Tatum, Mila Kunis, Sean Bean. 2h 07.

 

 

 

2017-03-09T15:55:00+00:00 mardi 20 janvier 2015|Critiques Texte|