GODZILLA 2, ROI DES MONSTRES de Michael DOUGHERTY

>>>GODZILLA 2, ROI DES MONSTRES de Michael DOUGHERTY

Notre ami Godzilla, vieux stégosaure japonais né la même année que François FILLON et John TRAVOLTA, a mené sa vie compliquée au cours d’une grosse trentaine de films, poussant son célèbre rugissement nucléaire un peu à tort et à travers, et parfois avec de jolies réussites cinématographiques. Selon Wikipédia, sa taille varie de 50 à 100 mètres, pour un poids allant de 20 000 à 90 000 tonnes. Bon. Mais Wikipédia change parfois d’avis, il faudra vérifier les mises à jour. Toujours selon les sources sûres, son souffle atomique est bleu dans l’intégralité des films, sauf dans Godzilla 2000 et Godzilla X Megaguirus où il est orange. Bon, bon. Comme nous n’avons pas toute la place ici pour développer nos impressions pendant des pages et des pages, et c’est regrettable bien sûr, disons à nos lecteurs pressés que parfois Godzilla est gentil et parfois non. Donc il y a un nouveau film. C’est Godzilla 2, roi des monstres. Pourquoi 2 ? Mystère… Roi des monstres, c’est expliqué dans le film. En tout cas l’héroïque professeur Seriwaza est revenu, dans cet épisode… Il y aussi un couple de savants de Boston un peu divorcés qui sauvent le monde et leur fille de treize ou quatorze ans, héroïque elle aussi, il faut bien le dire. Et puis, c’est d’un ennui terrible, on n’y comprend que couic, malgré des efforts sincères. Et à la fin la planète est sauvée, donc, mais à moitié détruite quand même. Il est possible qu’on ait raté quelque chose. Les lecteurs pourront nous écrire à ce sujet, au cas où.

Critique de René MARX

Film américain de Michael DOUGHERTY, avec Kyle CHANDLER, Vera FARMIGA, Million Bobby Brown. 2h12

 

2019-06-04T16:54:24+00:00 mercredi 29 mai 2019|Critiques Texte|

Centre de préférences de confidentialité