Patrice LECONTE aux Jeudis de l’ESRA – 3 décembre 2020

Les élèves de l’ESRA ont rencontré Patrice LECONTE, réalisateur et scénariste, le jeudi 3 décembre 2020, à l’occasion de la nouvelle saison des Jeudis de l’ESRA.   

Patrice LECONTE connaît son premier grand succès dans les années 1980 avec les Bronzés et Les Bronzés font du ski, portés par la troupe du Splendid. Il enchaine ensuite plusieurs comédies avec cette même troupe et aussi d’autres acteurs comme Coluche, Bernard GIRAUDEAU ou Gérard LANVIN. Il se révèle dans les années 1990 dans un registre dramatique avec Tandem qui réunit Gérard JUGNOT et Jean ROCHEFORT. Tandem lui vaudra une nomination au César du Meilleur Réalisateur, ainsi que Monsieur Hire, Le Mari de la coiffeuse, La Fille sur le pont. Et c’est avec Ridicule qu’il obtient enfin un César en 1997. Patrice LECONTE poursuit sa carrière en mêlant comédie, drame et un film d’animation.

Les étudiants ont pu visionner Tandem en amont de la rencontre et aborder avec le réalisateur des facettes techniques du film. Patrice LECONTE est revenu sur son travail de l’image et du grain particulier qu’il a adopté pour ce film. Il a également évoqué son travail sur la musique et sur la création d’une chanson d’amour italienne, triste et désespérée pour illustrer les deux personnages.  Le morceau Il mio rifugio a été écrit et composé par François BERNHEIM spécialement pour le film et interprété par Riccardo Cocciante. Grâce à ce film, il a compris que le cinéma était une affaire musicale, que la musique ne devait pas avoir une place secondaire.

Patrice LECONTE est ensuite revenu sur la direction d’acteurs et ses aventures avec eux ; son conflit lors de son premier film avec Jean ROCHEFORT puis le lien de fidélité qu’ils ont construit et avec qui il a tourné 7 films. Il a également créé un environnement familial et de confiance avec la troupe du Splendid. Pour lui, les acteurs ne sont pas des marionnettes, il faut les aimer pour qu’ils donnent le meilleur. Ses scénarios sont toujours bien écrits et laissent peu de places à l’improvisation bien que les acteurs puissent apporter des folies, des inventions, des raretés de jeu.

Avant de commencer un tournage, le réalisateur s’assure d’avoir suffisamment travailler le scénario, et pour ce faire, il travaille systématiquement avec un co-scénariste. Il construit notamment ses scénarios autour de deux personnages dont la rencontre ou l’association est improbable ou touchante. Entre le début du développement et le montage, il met généralement moins d’un an. Il visionne les rushs pendant le tournage et, lorsqu’il constate qu’il était passé à côté d’une séquence, il n’hésite pas à le dire et à la retourner. Il perçoit les contraintes quelle qu’elles soient comme un moteur pour la création car il faut les contourner et prendre une autre direction. C’est lors du montage qu’il s’autorise à remettre en cause la construction du film.

Patrice LECONTE a conclu la rencontre avec les étudiants en leur suggérant d’imposer leurs idées, d’y croire et d’être fier de ce qu’ils réaliseront. Il fait des films car il aime partager ses émotions et leur a recommandé de toujours se demander pourquoi ils souhaitent faire du cinéma. Pour son prochain film Tintin et les Bijoux de la Castafiore, il ambitionne de tourner en prise de vue réelle, en étant évidemment respectueux de la vision d’Hergé. Il aimerait que le moindre petit rôle soit tenu par quelqu’un de connu pour que l’acteur dépasse les rôles emblématiques de la BD.