Eva KLEIN

Je me souviens il y a trois ans, un de nos premiers jours à l’école, on était aussi dans cet amphithéâtre tous réunis et Denis Morel et Jacques Faure nous avaient demandé « quel métier on aimerait faire plus tard ». Et là, à 90% des voix, tout le monde avait répondu « métier de réalisateur » et j’avais aussi dit réalisateur à l’époque.

Pourtant dès les premiers mois à l’école, je me suis rendue compte qu’en fait, au cinéma, je n’y connaissais pas grand-chose si ce n’est pas rien du tout.

En trois ans j’ai énormément appris, non seulement grâce aux cours, aux tournages au sein de l’école mais aussi auprès de nos professeurs qui sont bien ancrés dans le milieu professionnel et aussi à nos maîtres de stage qui nous ont épaulés pendant nos stages.

Plus que des connaissances, ils nous ont tous transmis la passion de leur métier et aussi leur expérience, deux choses capitales dans nos futures professions.

Les deux premières années m’ont donné une vue d’ensemble de tous les métiers qu’offraient le cinéma, du nombre de métiers nécessaires à la fabrication d’un seul film, d’une seule oeuvre et c’est pour ça que j’ai choisi finalement de m’orienter vers la section production et non pas mise en scène.

C’est un choix qui n’a cessé de se confirmer depuis tous les stages que j’ai pu faire en trois ans. Aujourd’hui, trois années plus tard, nous sommes a nouveau réunis ici chacun dans une spécialité différente ; preuve que faire un film n’est pas le travail d’un seul homme mais bien d’une équipe et c’est ça aussi que l’ESRA nous a appris, travailler ensemble.

2015-11-04T19:10:49+00:00 mercredi 04 novembre 2015|ESRA|