Un peu, beaucoup, aveuglément de Clovis CORNILLAC

Accueil>La Critique de la Semaine>Critiques Texte>Un peu, beaucoup, aveuglément de Clovis CORNILLAC
  • Un Peu Beaucoup Aveuglement

Pour son premier film derrière la caméra, Clovis Cornillac n’avait pas au départ l’intention de figurer également au casting. Mais il a fini par céder aux sirènes du box-office, et il a bien fait. Car son travail de metteur en scène est à la hauteur de sa performance d’acteur. Pourtant l’affaire n’était pas dans le sac : la screwball comedy (Un peu, beaucoup… est comme une version moderne de ces comédies virevoltantes made in Hollywood dans les années 30 et 40, souvent avec Cary Grant, ou Katherine Hepburn, ou les deux) n’est pas un genre qui se contente d’à-peu-près. Soit deux voisins (un jeune homme et une jeune femme) qui se font la guerre (pour troubles de jouissance dans le cadre de l’occupation de leur appartements respectifs), refusant le moindre contact autant visuel que physique, avant de se rendre compte (on s’en doutait) qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Dans ce type de comédie, tout est question de rythme (il est parfait), de dosages entre les gags (nombreux) et l’émotion (qui pointe le bout de son nez). La structure est des plus classiques (y compris par l’apport de personnages secondaires hauts en couleurs, contrepoint cocasse au romantisme des jeunes premiers), mais elle fonctionne à merveille. Que demander de plus ?

Yves Alion

Film français de Clovis Cornillac (2014), avec Clovis Cornillac, Mélanie Bernier, Lilou Fogli, Philippe Duquesne. 1h 30

2017-03-09T15:54:57+00:00 mercredi 06 mai 2015|Critiques Texte|