San Andreas de Brad PEYTON

  • San Andreas

Le Big One, le séisme qui ravagera la côte ouest des États-Unis, située sur la faille de San Andreas, est une des grandes peurs de l’Amérique. Tremblement de terre de Mark Robson (1974) exploitait déjà cette crainte durant l’âge d’or du film catastrophe. Charlton Heston y interprétait un héros humain, courageux mais faillible, soit tout le contraire de Dwayne Johnson, bodybuildé et souriant, qui traverse ici le cataclysme sans une égratignure, trouvant en plus le temps de raccommoder son couple. La célébration des services de la sécurité civile, typique de l’après 11 septembre, se double subrepticement d’un hommage aux forces armées, puisque le sauveteur a servi durant la guerre en Afghanistan.

Comme dans 2012 de Roland Emmerich, l’emploi massif d’images de synthèse donne au spectacle de la destruction une ampleur inédite mais contribue aussi à le déréaliser, à exclure toute implication physique et émotionnelle du spectateur, soit l’exact contraire de l’effet recherché. Au procédé Sensurround de Tremblement de terre (des basses fréquences sonores pour faire trembler les sièges !) répond dans San Andreas une 3D foraine, qui fait s’écraser les immeubles tout autour du spectateur. Brad Peyton avait déjà réalisé pour Dwayne Johnson un improbable Voyage au centre de la Terre 2 : L’Île mystérieuse. Il s’en donne une nouvelle fois à cœur joie pour nous impressionner à grand renfort de plan-séquence et d’impeccables effets de relief. À défaut d’autre chose….

Sylvain Angiboust

Film américain de Brad Peyton (2015), avec Dwayne Johnson, Carla Gugino, Alexandra Daddario, Paul Giamatti. 1h 54. 

2017-03-09T15:54:57+00:00 vendredi 29 mai 2015|Critiques Texte|