Refugiado de Diego LERMAN

  • Refugiado

Où en est le cinéma sud-américain, après cette faste période qui vit trois d’entre eux (Del Toro, Iñárritu, Cuaron) se transformer en improbables ogres hollywoodiens ? Premier long métrage d’un argentin passé, dans son pays, par la case télé, Refugiado reprend le fil de ce cinéma dont le réalisme cru et le rythme avaient, un temps, séduit les festivals du monde entier. De ce point de vue, Refugiado, en contant le destin d’une femme et de son enfant qui fuient un mari violent, coche toutes les cases d’un certain misérabilisme qui fut la marque de ces productions. Une sorte de réalisme magique, pour citer l’inévitable Garcia Marquez, qui sait observer sans tomber dans les travers d’un cinéma anglais tué par son quotidien. Malgré son efficacité, Refugiado souffre néanmoins de passer là où tant d’autres ont déjà fait bonne figure il y a quelques années. Pourtant, lorsque le montage s’accélère, que l’époux violent rôde à nouveau, et que la course de la mère devient plus urgente et désespérée, le film semble trouver un second souffle. Comme si, derrière un devoir de réalisme social éreintant, les codes du thriller, à la sauce argentine, se retenaient, avant de tirer vers eux un long métrage qui semble en fait ne demander que cela. Cet appel du large (du genre) fait le prix de ce film tiraillé et donc touchant.

Pierre-Simon Gutman

Film argentin de Diego Lerman (2014), avec Julieta Diaz, Sebastián Molinaro, Marta Lubos. 1h 33.

2017-03-09T15:54:57+00:00 mercredi 13 mai 2015|Critiques Texte|