Razzia de Nabil AYOUCH

S’il est une qualité qui caractérise Nabil AYOUCH, c’est bien la constance.

Depuis son deuxième film, Ali Zaoua, prince de la rue (2000), le réalisateur témoigne de la réalité du Maroc confronté à des influences et des tensions qui le dépassent. Au point de s’attirer les foudres de la censure, mais de résister aux pressions. Un paradoxe qui a valu à son opus précédent, Much Loved, de se voir totalement censuré dans son propre pays. Il y revient toutefois aujourd’hui avec un nouveau film polémique qui brasse de multiples thèmes sociétaux à travers cinq destins qui vont se télescoper au sein de la marée humaine de Casablanca. Parmi eux, un instituteur interdit d’enseigner le dialecte berbère, la langue devenant un enjeu sociétal pour ceux qui s’expriment en arabe comme pour ceux qui pratiquent le français dans une coquetterie postcoloniale. C’est avec son interprète principale, Maryam TOUZANI, que Nabil AYOUCH a concocté le scénario de ce film choral et féministe qui converge vers un final d’anthologie. Ce que montre ce tableau de mœurs n’est ni une chimère, ni la légende. Et tant pis pour les incorrigibles nostalgiques qui s’obstinent à confier aux touristes leurs souvenirs du tournage de Casablanca de Michael CURTIZ… tourné en réalité dans les décors d’un studio hollywoodien. La puissance de Razzia réside dans cette volonté qu’affirme Ayouch de rendre compte aussi justement que possible d’une société en fusion dont la jeunesse est le plus sûr passeport pour un avenir meilleur.

Critique de Jean-Philippe GUERAND

Film franco-marocain de Nabil AYOUCH (2017), avec Maryam TOUZANI, Arieh WORTHALTER, Amine ENNAJI. 1h59.

2018-04-04T12:23:50+00:00 mercredi 14 mars 2018|Critiques Texte, La Critique de la Semaine|