Poesia sin fin d’Alejandro JODOROWSKY

Accueil>La Critique de la Semaine>Critiques Texte>Poesia sin fin d’Alejandro JODOROWSKY

Après La Danza de la realidad, Alejandro Jodorowsky poursuit son extraordinaire projet d’autobiographie filmée. Ce deuxième volet suit les aventures du jeune Alejandro à Santiago, après son départ de son village de Tocopilla. Désormais âgé d’une vingtaine d’année, il décide de devenir poète, rompt avec sa famille et fréquente le monde intellectuel et artistique chilien des années quarante et cinquante. Comme dans le premier épisode, Jodorowsky fuit toute tentation de réalisme, pour reconstituer des épisodes authentiques de sa vie par le prisme de la pure création cinématographique. Entre Guitry (pour la narration et des idées comme le « passage de relais » entre deux acteurs) et Fellini pour la projection fantasmatique (la même comédienne joue à la fois sa mère et une poétesse initiatrice, ses fils jouent lui-même ou bien son père !), Jodorowsky déploie tout son génie baroque dans une narration vertigineuse. Des panneaux photographiques viennent reconstituer un quartier disparu, des silhouettes participent à la mise en scène en apportant ou en emmenant des éléments de décors. On reconnaît même Carolyn Carlson dans une étonnante lecture de tarot… Le plus extraordinaire est qu’en ne parlant que de lui-même dans une démarche auto-thérapeutique, Jodorowsky parvient à toucher à des expériences et des sentiments universels.

Laurent AKNIN

Film franco-chilien d’Alejandro JODOROWSKY (2016), avec Adan JODOROWSKY, Pamela FLORES, Brontis JODOROWSKY. 2h 08

2017-03-09T15:54:43+00:00 mercredi 05 octobre 2016|Critiques Texte|