No escape de John Erick DOWDLE

Accueil>La Critique de la Semaine>Critiques Texte>No escape de John Erick DOWDLE
  • No Escape

Soit la lutte haletante pour la survie d’une famille d’Américains expatriés (les riches qui travaillent à l’étranger sont des expatriés, contrairement aux crève-misère qui ne sont que des immigrés) dans un pays d’Extrême-Orient où les Occidentaux sont massacrés depuis que le peuple a pris le pouvoir. Les auteurs ne nous disent pas où nous sommes (une frontière commune avec le Vietnam laisserait imaginer qu’il s’agit du Cambodge ou du Laos, mais c’est faux). Peu importe. L’explication politique de cet accès de fureur n’est pas très convaincante non plus… Reste que le sentiment dominant est que l’homme occidental est de moins en moins souvent le bienvenu dans les pays du Sud. Un sentiment qui sert parfaitement l’objectif du film, qui nous invite à trembler pendant 90 minutes pour cet homme, cette femme et ces deux petites filles en danger de mort au milieu d’un chaos indescriptible. Le suspense est souvent à son comble, l’adrénaline est convoquée de façon permanente et force est de reconnaître que le film est diablement efficace, puisque nous nous rongeons les ongles jusqu’au coude…

Yves Alion

Film américain de John Erick Dowdle (2015), avec Owen Wilson, Pierce Brosnan Lake Bell. 1h 43.

2017-03-09T15:54:55+00:00 mardi 01 septembre 2015|Critiques Texte|