Ma loute de Bruno DUMONT

 

L’été 1910 sur une plage de la Côte d’Opale. Tandis que les pêcheurs de moule accomplissent leur labeur quotidien, la tribu Van Peteghem investit son lieu de villégiature pour mieux dominer de son promontoire un panorama dont elle ne goûte même pas la splendeur. Simultanément deux policiers enquêtent sur la disparition suspecte de plusieurs touristes, tandis que naît une idylle contre nature entre Ma Loute, un garçon du pays, et Billie, bourgeoise à la voix rauque. Cette confrontation sociale, Bruno Dumont l’aborde comme il l’a déjà fait dans sa mini-série P’tit Quinquin : à travers le prisme d’un humour dévastateur qui passe cette fois par la confrontation d’un groupe d’interprètes non professionnels et d’un trio d’acteurs de renom comme on ne les a jamais vus jusqu’à présent. Partant du principe que le cinéma français n’utilise ses vedettes que pour ce qu’elles savent faire, il les transforme ici en ravis de la crèche. Fabrice Luchini campe ainsi un industriel dégénéré par trop d’incestes, Juliette Binoche évoque la Castafiore par ses vapeurs délirantes, tandis que Valeria Bruni Tedeschi sort de son registre habituel de foldingue pour atteindre à une sorte de sainteté. Il y a aussi du Fellini dans le tableau de mœurs caustique et décapant que brosse Dumont, et il est même assumé lorsqu’un policier aux rondeurs de Bibendum s’envole dans un ciel tel qu’aurait pu en peindre Magritte. Il convient juste d’accepter les partis pris du cinéaste pour goûter à ce délice poétique délirant.

Jean-Philippe GUERAND

Film français de Bruno DUMONT (2016), avec Juliette BINOCHE, Fabrice LUCHINI, Valéria BRUNI-TEDESCHI. 2h 02.

 

 

2017-03-09T15:54:48+00:00 mercredi 11 mai 2016|Critiques Texte|