L’Ordre des choses d’Andrea SEGRE

Accueil>La Critique de la Semaine>Critiques Texte>L’Ordre des choses d’Andrea SEGRE

Signataire de plusieurs documentaires sur le drame migratoire auquel l’Europe est confrontée, Andrea SEGRE persiste en passant à la fiction. L’Ordre des choses met en effet en scène un policier italien chargé par son gouvernement d’une mission en Lybie pour négocier le maintien des migrants potentiels sur le sol africain. Sur place il se rend compte que la corruption règne et qu’il doit marchander avec les pires trafiquants dans un pays en proie au chaos pour mener sa mission à bien. Il se pince le nez, mais s’exécute. Jusqu’au jour où, au cours d’une visite dans un centre de rétention, une jeune Somalienne le supplie de l’aider. Il se retrouve ainsi confronté à un choix cornélien entre son devoir et sa conscience… Nombre de films, souvent de grande qualité, ont vu le jour ces dernières années pour mettre en lumière la tragédie de ces migrants venus d’Afrique dont la Méditerranée recrache les corps après qu’ils ont fait naufrage. Si L’Ordre des choses nous émeut quant au sort de cette jeune femme venue de Somalie, c’est bien le personnage du policier qui est central, ce qui n’est pas habituel. Mais c’est justement toute la force du film que de s’intéresser à travers lui, au système régulant ces afflux de désespérés venus d’un autre continent. Un système pourri jusqu’à la moelle sur lequel nous fermons les yeux. Dès lors nous ne pouvons que reprendre à notre compte les états d’âme du personnage, qui lui n’a pas la possibilité de le faire. Le film est magnifique, qui parvient à brosser le portrait de personnages plus complexes qu’il ne parait au premier abord et qui sont définitivement de chair et de sang, sans rien lâcher de son engagement politique.

Critique de Yves ALION

L’Ordine delle cose. Film italien d’Andrea SEGRE (2017), avec Paolo PIEROBON, Giuseppe BATTISON, Olivier RABOURDIN. 1h55.

Photos :
Sophie Dulac Distribution

 

2018-03-07T17:58:24+00:00 mercredi 07 mars 2018|Critiques Texte, La Critique de la Semaine|