Les Visiteurs, la révolution de Jean-Marie POIRÉ

Accueil>La Critique de la Semaine>Critiques Texte>Les Visiteurs, la révolution de Jean-Marie POIRÉ
  • Les Visiteurs, la révolution de Jean-Marie POIRÉ

Vingt-trois ans après la sortie des Visiteurs, l’un des plus grands succès du cinéma français, vingt ans après sa gentille séquelle, dix-sept ans après son tristounet remake américain, seize ans après son dernier film (qui lui n’a rien à voir avec les aventures de Jacquouille la fripouille), revoici Jean-Marie POIRÉ. C’est peu dire que l’on attendait notre homme au tournant. Les retours ne sont pas toujours gagnants. Celui des Bronzés avait séduit le public, pas la critique. Et celui des Trois frères (alias les Inconnus) avait laissé tout le monde de marbre. Bref il y avant plus de coups à prendre que de louanges à récolter. Le moins que l’on puisse dire est que le film, basé sur un scénario coécrit par Jean-Marie POIRÉ et Christian CLAVIER ne donne pas la dentelle. Il est éclaboussé plus souvent qu’à son tour par des vannes scato qui ne nous séduisent pas davantage qu’un concours de pets dans une chambrée. Plus grave : le scénario semble aller à vau-l’eau et ses errements à travers les différentes époques (après avoir traversé les temps révolutionnaires, nous atterrissons au final sous l’occupation nazie) ne produisent pas autant de surprises qu’il serait possible. Mais il ne saurait pour autant être question de jeter le bébé avec l’eau du bain. Les personnages sont au final assez savoureux, représentants archétypaux de la période effervescente de la Révolution française et manifestement les comédiens ont du plaisir à participer à ce grand guignol  où tous en prennent pour leur grade. Jean-Marie POIRÉ a en outre le bon goût de ne pas nous administrer un montage furieux (qui culminait dans son Anges gardiens), donnant au spectateur le temps de se régaler des décors, des costumes, des personnages et parfois des dialogues. Que l’ensemble soit présenté sous le signe de l’hénaurme ne doit pas nous gêner outre mesure. Pour y être allé franco, Le Père Noël est une ordure, le premier succès de Poiré, n’en est pas moins devenu un film culte !

Yves ALION

Film français de Jean-Marie POIRÉ (2016), avec Jean RENO, Christian CLAVIER, Karin VIARD, Sylvie TESTUD, Frank DUBOSC. 1h 50.

2017-03-09T15:54:50+00:00 mercredi 06 avril 2016|Critiques Texte|