Les merveilles d’Alice ROHRWACHER

Accueil>La Critique de la Semaine>Critiques Texte>Les merveilles d’Alice ROHRWACHER

Voilà un film qui cherche à nous séduire par une série d’œillades discrètes plutôt qu’à nous prendre de force, et c’est tant mieux. Présenté à Cannes (et primé) en mai dernier, cette chronique italienne toute en délicatesse n’est pas exempte de temps morts, probablement parce que la poésie est à ce prix et que c’était la meilleure façon de nous immerger dans le quotidien de cette famille d’apiculteurs à demi-marginalisée (nous ne sommes pas si loin de celle que décrivait Cédric Kahn dans Vie sauvage). Le regard de la réalisatrice, Alice Rohrwacher, est évidemment sociologique : rien n’est tu de l’impossibilité de vivre de son art si l’on ne joue pas le jeu de l’industrialisation du secteur et si l’on ne courbe pas un tant soit peu l’échine devant les dictats de l’administration. Mais cet aspect-là apparaît vite comme secondaire, au fur et à mesure que nous nous rendons compte que ce sont les personnages (à commencer par les quatre filles de la maison) qui intéressent les auteurs, leur aptitude à prendre la vie à bras le corps, à se fondre dans la nature, etc. Le film est au final est à la fois revigorant et nostalgique. Et cette contradiction n’est pas son moindre mérite…

Yves Alion

Le Meraviglie. Film italien d’Alice Rohrwacher (2014), avec Maria Alexandra Lungu, Sam Louwyck, Alba Rohrwacher. 1h 51.

2017-03-09T15:54:59+00:00 lundi 09 février 2015|Critiques Texte|