Dans l’espace au XXIIè siècle… En 2163, le vaisseau spatial Ikarie XB-1 est en mission à la recherche d’une mystérieuse Planète blanche en orbite autour de l’étoile Alpha du Centaure. Au cours de ce voyage, une quarantaine de scientifiques de tous pays apprennent à vivre ensemble et doivent faire face à quelques péripéties, telles que la rencontre avec un appareil spatial du XXe siècle, l’instabilité mentale d’un des passagers ou l’apparition de symptômes liés à une étoile noire radioactive. Exhumé et redécouvert avec bonheur lors du dernier festival de Cannes (dans la section Classic),  Ikarie XB 1 est un étrange film produit en Tchécoslovaquie en 1963 et réalisé par un cinéaste aujourd’hui presque oublié. Pour être franc, ce film était largement méconnu en France (où il n’était pas sorti en salles) ainsi que dans les histoires du cinéma; il n’apparaît  guère que dans quelques notules d’encyclopédies de science-fiction. Il avait en son temps été distribué aux États-Unis, mais dans une version totalement remontée, avec des séquences additionnelles (sous le titre Voyage to the End of the Universe). Il faut croire que cette distribution avait été suffisamment marquante, car il est évident que l’on tient avec ce film une sorte de chaînon manquant de la SF. Contrairement à la plupart des films du genre de l’époque, il n’est question ni d’invasion extraterrestre, ni de la propagande habituelle des pays de l’Est. La longue odyssée d’un vaisseau spatial, qui ressemble à un village dans l’espace, à la recherche d’un nouveau monde, évoque plutôt par moments certains thèmes à venir de Star Trek. Quant à la séquence finale, il est impossible de ne pas penser à celle de 2001 Odyssée de l’espace.

Critique de Laurent AKNIN

Film tchèque de Jindrich POLAK (1963) avec Zdenek STEPANEK, Radovan LAKAVSKY. 1h 28.

 

2017-06-23T12:51:22+00:00 mercredi 19 avril 2017|Critiques Texte|