Get out de Jordan PEELE

Étrange engin que ce Get Out, premier long métrage d’un comique américain célèbre pour son imitation d’OBAMA dans le duo KEY and PEELE, et qui choisit contre toute l’attente le genre, ainsi que la protection du nouveau maître de la série B Jason Blum pour se lancer dans le cinéma. En réalité, ce long métrage tente de réactiver une grande et noble tradition qui alla de la fin des années 1960 jusqu’aux années 1980, celle du film d’horreur engagé. Pendant presque vingt ans, l’épouvante fut la parfaite occasion (grâce à la transgression au cœur même de son style) des cinéastes américains de gauche (CRAVEN, ROMERO, CARPENTER dans une moindre mesure) pour marier récits politiques métaphoriques et impératifs commerciaux. A l’aube de l’ère TRUMP, PEELE réanime cette belle lignée, en livrant un récit où un jeune afro américain se retrouve au sein d’une famille blanche et progressiste, finalement bien plus effrayante que les rednecks sudistes. Cette caricature sans fard d’une bonne conscience WASP est distillée au sein d’une réalisation qui abandonne les effets chocs des glorieux ancêtres La Nuit des morts-vivants ou Massacre à la tronçonneuse. L’élégance est davantage de mise, et le résultat est une œuvre plutôt prenante, sans la valeur viscérale de la grande horreur des seventies. Mais ce n’est qu’un début, et une nouvelle ère du genre américain est peut-être sur le point de démarrer.

Critique de Pierre-Simon GUTMAN

Film américain de Jordan PEELE (2016), avec Daniel KALUUYA, Bradley WHITFORD, Allison WILLIAMS, Catherine KEENER. 1h 44.

 

2017-05-10T10:47:50+00:00 mercredi 03 mai 2017|Critiques Texte|