Fritz Bauer un héros allemand de Lars KRAUME

Accueil>La Critique de la Semaine>Critiques Texte>Fritz Bauer un héros allemand de Lars KRAUME
  • Fritz Bauer un héros allemand de Lars KRAUME

 

Fritz Bauer (1903-1968) était déjà un des personnages principaux du Labyrinthe du silence, de Giulio Ricciarelli (2015) qui concernait le procès à Francfort de SS d’Auschwitz entre 1963 et 1965. Ce nouveau film, allemand à nouveau, se déroule un peu plus tôt et concerne principalement la traque d’Adolf Eichmann. Bauer avait vécu exilé en Scandinavie après avoir été interné au début de la période nazie. Lié à Willy Brandt pendant son exil, il reçut de hautes responsabilités après la guerre. Procureur de Hesse, Juif, social-démocrate, intransigeant, il décida en 1957 de donner ses informations sur la présence d’Eichmann en Argentine aux services secrets israéliens, convaincu que l’Allemagne était incapable de traquer alors ses propres criminels. Celle-ci ne demanda d’ailleurs pas l’extradition d’Eichmann. Entre la Justice et sa patrie, Bauer préféra donc la première, et sauva la seconde de l’aveuglement et du déshonneur. Le film raconte fidèlement le combat sans concession de cet homme, que ses ennemis tentèrent de déstabiliser en raison de son homosexualité. Le titre original signifie en fait « L’État contre Fritz Bauer ». Il fut retrouvé mort dans sa baignoire en juillet 1968, et son décès n’a toujours pas d’explication. La question de l’homosexualité occupe une partie importante du récit, y compris au sujet du jeune magistrat imaginé par le scénario et qui soutient le combat de Bauer, acceptant avec courage les risques courus par ceux qui se préoccupent de la Vérité, de la Morale. Prix du Public au dernier festival de Locarno, formellement très sage, moralement très sûr, le film est surtout servi par un comédien exceptionnel, Burghart Klaussner, et un scénario complexe et toujours juste. 

René MARX

Der Stadt gegen Fritz BAUER. Film allemand de Lars KRAUME (2015), avec Burghart KLAUSSNER, Ronald ZEHRFELD, Lilith STANGENBERG. 1h 46

 

2017-03-09T15:54:50+00:00 jeudi 14 avril 2016|Critiques Texte|