Le Président de Mohsen MAKHMALBAF

Accueil>La Critique de la Semaine>Critiques Texte>Le Président de Mohsen MAKHMALBAF

De par sa propre filmographie mais également (bien entendu) celle de sa famille, Makhmalbaf est devenu le chef incontesté d’une cinématographie afghane orpheline, pour d’évidentes raisons géopolitiques, de son propre pays. Avec Le Président, le réalisateur assume ce fait en posant son film dans un no man’s land qui ressemble souvent plus à une ancienne république de l’URSS. Le tout au service d’un genre très rare : une fable politique. Soit un petit pays dirigé par un dictateur inamovible mais qui se retrouve renversé et doit, contre toute attente, traverser en mendiant clandestin le pays dont il fut un roi. Si le résultat échappe à la lourdeur que le sujet portait potentiellement, c’est parce que Makhmalbaf demeure avant tout (on l’oublie un peu derrière son statut d’auteur international) un metteur en scène, un homme d’images et de séquences. De la traversée d’un camion sur des corps au retour déchirant d’un prisonnier politique, le réalisateur multiplie les morceaux de bravoure, démontrant une maitrise du cadre et du détail que bien des jeunes Turcs pourraient lui envier, et dont la séquence d’ouverture est peut-être le plus bel exemple.

The President. Film géorgien de Mohsen Makhmalbaf (2014), avec Misha Gomiashvili, Dachi Orvelashvili, Ia Sukhitashvili. 1h 58.

2017-03-09T15:54:59+00:00 mardi 10 mars 2015|Critiques Texte|