Blood Father de Jean-François RICHET

Accueil>La Critique de la Semaine>Critiques Texte>Blood Father de Jean-François RICHET

 

Huitième film de Jean-Francois Richet, Blood Father est pour lui la réalisation d’un rêve : diriger Mad Max. Il n’est que d’entendre ses interviews, où il déclare avec des yeux d’enfants que Mel Gibson est un type très gentil, très simple, que les choses se sont passées facilement, que son idole est un type normal. Sur le papier (et sur la bande-annonce) on pouvait craindre un très vilain pudding vaguement américain, de ces films condamnés à la sortie clandestine en plein été, avant de sombrer au fond d’abysses pour pirates du Web. L’histoire d’un ex-taulard, alcoolique repenti, interdit de la plus anodine récidive, décidé à sauver sa fille cocaïnomane et disparue depuis trois ans, après qu’elle a assassiné le neveu d’un mafieux mexicain… Aïe… La surprise n’en est que plus agréable : un comédien grandiose et sexagénaire (bien que sexagénaire, parce que sexagénaire ?), une complice de vingt ans qui s’en sort bien, une modestie et une conscience parfaite de sa mise en scène de la part de Richet. La lumière du film rend un hommage flagrant et réussi à George Miller. Les thèmes mille fois ressassés du cinéma d’action ne sont des clichés que dans les mains des mauvais réalisateurs. Ici,  pas une faute de rythme, un siècle de films de bandits en rédemption parfaitement digéré par un Richet ravi d’être là. Un grand petit film tiré au cordeau.

René MARX

Film américain de Jean-François RICHET (2016), avec Mel GIBSON, Erin MORIARTY, Diego LUNA. 1h 28.

2017-03-09T15:54:46+00:00 mercredi 31 août 2016|Critiques Texte|