A jamais de Benoit JACQUOT

Avec discrétion mais non sans panache, Benoit Jacquot construit patiemment l’une des œuvres les plus belles et les plus riches du cinéma français de ces quarante dernières années. S’il affiche une appétence évidente pour certains thèmes (le passage à l’âge adulte par exemple, surtout quand il s’agit du sexe féminin), notre homme n’en possède pas moins une palette des plus larges. Après avoir signé il y a peu deux films d’époque, en costumes (qui ne déparaient pas pour autant dans son œuvre), voici qu’il fait un pas de côté et nous propose un film intimiste, dépouillé jusqu’à l’os. Un film sans doute peu consensuel, qui divise ceux qui l’ont vu. Et c’est tant mieux. Certes cette histoire de fantôme (qui précède le tout aussi fantomatique Personal Shopper dans les salles) pourra pour certains sembler manquer de chair. Mais si Jacquot arrête sa caméra sur le visage de Julia Roy (l’amoureuse éplorée qui se nourrit du souvenir de celui qui a disparu), c’est pour viser l’essentiel. Et accessoirement tenter de filmer l’invisible, l’indicible. Vaste programme, on en conviendra. Le film marque en tous cas l’arrivée d’une nouvelle venue, Julia Roy justement, à qui le cinéaste a proposé de s’approprier complètement cette adaptation d’un roman de Don DeLillo en en signant le scénario avant d’interpréter le personnage principal. Gageons que l’on n’a pas fini de parler d’elle…

Yves ALION

Film français de Benoit JACQUOT (2016), avec Julia ROY, Mathieu AMALRIC, Jeanne BALIBAR. 1h 30.

2017-03-09T15:54:37+00:00 mercredi 07 décembre 2016|Critiques Texte|