JDE 13112015

Emmanuel MOURET est venu à l’ESRA à l’issue de la projection de son huitième et dernier long métrage, "Caprice".

Il existe un ton commun à la plupart de ses films : fantaisie, légèreté, poésie. Le cinéaste en est le plus souvent l’un des interprètes, il campe pour l’occasion un éternel adolescent, amoureux, très maladroit, dans la tradition des burlesques ou plus près de nous, d’un TATI ou d’un Pierre RICHARD.

MOURET a dit comment il en est venu à être comédien de ses films, après avoir réalisé un moyen métrage de fin d’études à la Fémis. Puis, comment il a fait la rencontre de Frédéric NIEDERMAYER, qui est resté son producteur tout au long de sa carrière. Il a bien entendu évoqué sa façon de concevoir le cinéma, et a essayé de définir son univers, si personnel. Mais le cinéaste a longtemps parlé de ses influences, notamment celles de Woody ALLEN, pour qui il a une admiration sans bornes.

Dernières actualités

Brimstone de Martin KOOLHOVEN - La critique de la semaine

22 Mar 2017 - La vie à l'école

Retrouvez également les critiques suivantes : "Fiore" de Claudio GIOVANNESI par René MARX "Sage-femme" de Martin PROVOST par Yves ALION "Une vie ailleurs" d’Olivier PEYON par Yves ALION "Wrong Elements" de Jonathan LITTELL par René MARX

^