Ce métier est né avec le cinéma parlant, à cette époque le son était alors enregistré en optique sur la pellicule, la scène devait être orchestrée avec précision et c'est l'ingénieur du son qui validait la prise ou non. Aujourd'hui encore, lorsque le réalisateur lance l'ordre « moteur », c'est l'opérateur son qui doit répondre «ça tourne ». Puis les avancées technologiques ont modifiées les rôles.

Il faut distinguer trois domaines dans lesquels l'ingénieur du son travaille : le cinéma et la télévision, la radio.

^