Le monteur est chargé d’assembler tous les plans et séquences du film, afin d’aboutir à une continuité correspondant à la vision du cinéaste. C’est un travail extrêmement complexe et primordial, qui comporte deux volets.

Le premier est technique. Le monteur doit surmonter quantité de problèmes potentiels, tels que des faux raccords par exemple. Il doit tout aplanir afin de donner une cohérence globale à l’œuvre, gérer une partie de la post production ainsi que le travail avec les monteurs son (chargé d’un travail similaire mais uniquement avec le matériel sonore amassé pendant le tournage)

L’autre volet est artistique. Le monteur doit en effet, par son travail, donner au film son rythme et sa structure finale. Il travaille pour cela souvent en collaboration étroite avec le metteur en scène. Si, dans certains cas, le montage peut correspondre à un puzzle précis reconstituant une vision claire et pré établie, il peut également être beaucoup plus libre et complexe. Un film peut en effet être entièrement refait (du point de vue narratif) ou repensé sur la table de montage, et le rôle du monteur devient alors celui d’un artiste à la vision essentielle dans le résultat final.

Grâce aux évolutions techniques, le travail du monteur est désormais presque entièrement numérique et informatisé, alors qu’il fut pendant longtemps (lors du règne de la pellicule traditionnelle) beaucoup plus physique. Il est de fait la personne qui transforme le matériel brut du tournage en film.

^