Claudia Llosa, cinéaste née à Lima en 1976, avait réalisé deux films très remarqués, Madeinusa en 2006 et en 2009 Fausta qui fut Ours d'Or à Berlin et premier film péruvien candidat aux Oscar. Les trois comédiens principaux de ce nouveau film ont des qualités qui se ressemblent. Une beauté ténébreuse, des choix artistiques sans concession, le don de franchir les frontières. Ils se retrouvent presque logiquement dans ce parcours d'un fils vers sa mère disparue, dont l'itinéraire chevauche les époques. Jennifer Connelly incarne la mère perdue et retrouvée trop longtemps après, Murphy et Laurent parcourent le grand Nord canadien dans une quête métaphysique, métaphorique, d'une grande beauté. Tourné aussi en partie à Winnipeg, le film parle de maladies invisibles, de guérisseurs mystérieux, de filiations trouées, d'abandon et de rédemption. La seule réserve à exprimer serait la complexité du récit pas toujours mise à la portée du spectateur. Mais les surprises de cette histoire, les envolées vers des situations impossibles, vues presque en rêve, l'atmosphère hallucinatoire créée par la traversée simultanée du temps et des territoires donnent au film une originalité rarement vue ces dernier temps au cinéma. Claudia Llosa bénéficie de la présence de Nicolas Bolduc, chef-opérateur montréalais qui a travaillé avec Denis Villeneuve et de Michael Brook, qui avait contribué à la bande originale d'Into The Wild.

Critique de René MARX

Film hispano-franco-canadien de Claudia LLOSA (2014), avec Jennifer CONNELLY, Cillian MURPHY et Mélanie LAURENT. 1h 34

^